• L'homme aux semelles devant

     

     

     

     

     

    Rimbaud a égrené les voyelles dans l'ordre de l'alphabet grec, commençant par l'Alpha, délaissant le petit omicron pour finir par l'Omega

     

     

     

     

    A noir, E blanc, I rouge, U vert, O bleu : voyelles, Je dirai quelque jour vos naissances latentes : A, noir corset velu des mouches éclatantes Qui bombinent autour des puanteurs cruelles,  Golfes d'ombre ;

     

     

     

     

    E, candeurs des vapeurs et des tentes, Lances des glaciers fiers, rois blancs, frissons d'ombelles ; I, pourpres, sang craché, rire des lèvres belles Dans la colère ou les ivresses pénitentes ;

     

     

     

     

    U, cycles, vibrements divins des mers virides, Paix des pâtis semés d'animaux, paix des rides Que l'alchimie imprime aux grands fronts studieux ;

     

     

     

     

    O, suprême Clairon plein des strideurs étranges, Silences traversés des Mondes et des Anges ; - O l'Oméga, rayon violet de Ses Yeux !

     

     

     

     

     

     

    L'homme aux semelles devant

     

     

     

     

    En réponse aux "semelles devant" de Margimond
    dans son commentaire sur ce billet

     

    « Etoile montanteDemandez l' programm' ! »

  • Commentaires

    1
    Mercredi 31 Août 2016 à 08:38

    Rhaaaaa ! Je fulminais hier, impossible de retrouver ces photos. Je les avais prises lors d'une rando parisienne pas très loin de Bercy, il me semble... Ben les voilà happy. Merci mélanite pour ce bel article sur Rimbaud

      • Mercredi 31 Août 2016 à 09:38

        Effectivement, de Bercy en descendant la Seine vers l'île Saint Louis, on y arrive (on voit le nom de  la rue sur la dernière photo)

        C'est au bout de la rue de Sully dans le 3ème.

    2
    Mercredi 31 Août 2016 à 16:43

    Oui, joli billet. Je trouve le visage particulièrement réussi.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :