•  

     

    chuS'ugh
    à la tienne tiSuisse

    Strauss ! oups, Prost !

     

     

     

     

    carte de déconfinement

     

     

     

     

     

    ça fait tourner la tête

     

     

     

     

     

    mais c'est le pied

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : gin rhum grenadine curaçao bleu


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

    toute ressemblance
    avec la devise d'un blogueur
    reste à prouver
    mathématiquement

     

     

     

     

     

    et PI c'est tout

     

     

     

     

     

     

    la roue tourne
    et je ne m'en lasse pas
    j'adore les explications sans paroles
    et l'esprit qui ronronne comme un moteur bien huilé

     

     


    10 commentaires
  •  

     

    très absente

    happée par la vie
    comme par une pie

    le jardin
    le piano
    duolingo
    (dès que j'ai fini l'anglais
    j'entame le klingon)
    les repas
    les apéros
    les zanimaux
    les étoiles
    les idées filantes

     

     

     

     

    A vot' bon cœur, un ticket donne droit à du rab au repas !

     

     

     

     

     

    Barre des tâches

     

     

     

     

     

    Barre des menus....plaisirs

     

     

     

     

     

     

    Photos : la vie d'une confinée avec son ordi.


    10 commentaires
  •  

     

     

     

     

    encore une dure  journée
    puisque nous étions le 23
    entre le bois et l'écorce!

    le liber,  fine pellicule sur laquelle on écrivait
    autrefois, entre la pierre et le papyrus
    autrefois, entre la terre et la peau

    le liber, dans les racines duquel
    nous avons  a\encré notre liberté
    liber qui se gouverne lui-même
    liber celui qui lit
     celui qui lie
    et qui délie aussi
    liber

    livre bible

    papyrus  parchemin
    les derniers mots jetés
    pour faire un pied à cette amphore

     

     

     

     

    journée de l\ivre

     

    l'arbre qui avait trop bu

     

     

     

     

     

     

     

     

     


    16 commentaires
  •  

     

     

     comme s'il fallait une journée pour y penser !

    de quoi être atterré
    est-ce la seule journée ?

     atterrant toutes ces journées

     

    alors instaurons
    une nouvelle journée mondiable
    réutilisable et recyclable :

    pour chaque journée atterrée
    la journée rigolée
    la journée détournée

     

    tiens...demain c'est la journée du livre
    tchin !...hips !...

     

     

     

     

    Un arbre à terre ! C'était en 1999...

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    La journée de l'atterre

     

     

     

    en prime version Géhem :

     

    :-))))

     

     

     

    Photo :L'arbre des Voyelles, jardins des Tuileries
    (2008, les arbres AEIOU ont dû pousser depuis)
    œuvre de Giuseppe Penone

     

    Une autre œuvre de Penone, qui colle à l'actualité
    avec ses poumons en or:

    Respirer l'ombre


    16 commentaires
  •  

     

     

    il va s'agir de déconfiner  finement
    par petits bouts au tant par temps en nettoyant
    bien les barrières devant derrière et en avant

    chacun interprètera suivant son talent
    la grande chanson de geste à retardement
    on va s'éclater
    on va rebondir

     

    euh....
     pourquoi tu tousses ?

     

     

     

     

    jardin partagé

     

     

     

     

    Photo avril 2020
    cliquable et zoomable pour les curieux ;-)))


    12 commentaires
  •  

     

     

     

    les expressions imagées de la langue française
    ont toujours été un  régal pour moi

    prenons
    Il y a du monde au balcon

    avant, cela voulait dire...
    qu'il y avait...du monde ! au...balcon !

    et maintenant depuis peu
    Il y a du monde au balcon

    cela ne veut pas forcément dire que ...
    enfin cela peut, aussi, mais...

    bon, bref, cela veut dire
    tout platement
    qu'il y a du monde ! au balcon !
    et en plus  cela n'a de sens
    qu'une fois par jour
    vers 20 h

    n'assistons-nous pas
    à un appauvrissement de notre langue ?

    cela vaut-il vraiment la peine d'applaudir ?

     

     

     

     

    Le confinement, pour certains, c'est l'enfer

     

     

     

     

     

     

    Alors allons-y. Chant premier :  Au milieu du chemin de notre vie, ayant quitté le chemin droit, je me trouvai dans une forêt obscure.......

     

     

     

     

     

     

    chant 2 : Le jour baissait, et l’air obscurci délivrait de leurs fatigues les animaux de la terre.......

     

     

     

     

     

     

    chant 3 :  Par moi l’on va dans la cité des pleurs ; par moi l’on va dans l’éternelle douleur ; par moi l’on va chez la race perdue.........

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     chant 4 : Un tonnerre horrible rompit dans ma tête le profond sommeil, de sorte que je revins à moi comme quelqu’un réveillé de force........

     

     

     

     

     

     

    chant 5 :  Ainsi descendis-je du premier cercle dans le second, qui enserre moins d’espace et plus de douleur, et telle que ses pointes arrachent des cris.  Là siège Minos, d’horrible aspect et grinçant des dents : il examine les fautes à l’entrée, juge et envoie au lieu qu’il désigne

     

     

     

     

     

     

    chant 6 : Quand mon esprit, tout absorbé dans la pitié des deux cognats, et troublé de tristesse, revint à soi,  De nouveaux tourments et de nouveaux tourmentés je vis autour de moi, partout où j’allais, et me tournais, et regardais.   Je suis au troisième cercle de la pluie éternelle, maudite, froide, pesante : toujours la même, toujours elle tombe également.......

     

     

     

     

     

     

    chant 7 : « Pape satan, Pape satan, Aleppe  ! » cria Pluton d’une voix rauque ; et ce Sage affable qui sait tout,   Dit pour m’encourager : « Prends garde que ta peur ne te soit à dommage. Quelque pouvoir qu’ait celui-ci, il ne t’empêchera point de descendre cette ravine. »

     

     

     

     

     

     

    chant 8 : Et moi, vers la mer de tout savoir 1 me tournant, je dis : — Que veut dire ce feu ? et que répond l’autre ? et qui sont ceux qui font ce signal ?

     

     

     

     

     

     

    chant 9 : Cette couleur, dont le découragement au dehors me peignit  lorsque je vis mon Guide revenir, fit qu’il se hâta de renfermer en soi ses émotions nouvelles.

     

     

     

     

     

     

    chant 10 : Maintenant, par un étroit sentier, entre le mur de la ville et les tourmentés, va mon Maître, et moi derrière lui..........

     

     

     

     

     

     

    chant 11 : Sur le bord d’une haute rive que forme un cercle de pierres brisées, nous vînmes au-dessus d’un amas de tourments plus cruels........

     

     

     

     

     

     

    chant 12 : Telle était la descente de ce précipice ; et, sur la pointe abrupte du gouffre, gisait l’infamie des Crétois,  qui fut conçue dans la fausse vache  Lorsqu’il nous vit, il se mordit lui-même, comme dévoré de colère au dedans........

     

     

     

     

     

     

     

    hant 13 : Nessus n’avait pas encore regagné l’autre bord, lorsque nous entrâmes dans un bois où nul sentier n’était tracé.   Point de feuillage vert, mais de couleur sombre ; point de rameaux unis, mais noueux et tortus ; point de fruits, mais sur des épines des poisons........

     

     

     

     

     

     

    chant 14 : O vengeance de Dieu, combien doit te craindre quiconque lit ce que virent mes yeux !

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

    Photos : quelques balcons de Narbonne     

    à la souris : extraits de l'Enfer de Dante

     

     

     

     

     


    14 commentaires



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires